Feb 4, 2010

Mercenaire ou pas ?

Vraiment, beaucoup se ressemblent. On reproche aux fondateurs de s'accrocher et de ne pas vendre leur entreprise ou d'accepter des offres intéressantes mais quand les mercenaires arrivent et vendent voire bradent la société on se pose vraiment des questions. Le dernier en date est notre hippie de service Jonathan Schwartz qui vient d'annoncer son départ d'Oracle sur Twitter quelques jours après la validation de l'acquisition de SUN. Je devrais dire son départ de SUN. Quel gâchis, mais après tout, c'était peut-être sa mission déguisée. Ce que je crois est la sélection souvent mauvaise de nouveaux dirigeants par les fondateurs qui se trompent sur le pouvoir, leur savoir-faire et leur capacité d'execs ayant réussi ailleurs mais rarement en CEO. L'autre exemple, nous le connaissons tous, Symantec qui absorbe Veritas, Mark Leslie s'en veut encore... La troupe de mercenaires venue là encore d'Oracle - c'est une école ou quoi ? - avait décelé une des pépites du Nasdaq. Et puis il y en a tant d'autres de ces exemples, même Legato et Veritas puisque Lou Cole et son équipe était d'accord pour fusionner avec Veritas mais il perdait son pouvoir. Il a donc refusé, Veritas s'est tournée vers OpenVision Technologies, second choix mais néanmoins bon choix. Côté Legato, Dave Wright est arrivé et ... a vendu à EMC. Maintenant il a planté Verari, quelle truffe !! Enfin, un petit billet d'humeur, d'autant plus que ces types partent avec le pactole, je ne suis pas contre, mais les distorsions sont telles...
Share:

0 commentaires: