Nov 17, 2010

Fusion-io en ordre de marche pour une nouvelle étape

Pour notre premier rendez-vous de la seconde journée, nous nous rendons chez Fusion-io (www.fusionio.com) à San Jose. Nous avions déjà visité l'entreprise en Juin dernier avec la présence du nouveau CTO Neil Carlson mais cette nouvelle visite nous offre l'occasion de rencontrer Lance Smith, COO, Jim Dawson, SVP WW Sales, Dennis Wolf, CFO, et Marcello Spiga, patron de la France et de la Suisse francophone, qui nous accompagne depuis Paris.
Fusion-io, présent à SC10 à la Nouvelle Orléans cette même semaine, confirme son leadership avec l'annonce d'une nouvelle étape dans l'industrie toujours à base de flash, ce que la société baptise de server-attached storage-class memory en fait le retour du DAS avec une mémoire haute performance et hautement capacitive proche de la cpu et vue comme une unité de stockage donc en fait un niveau Tier 0. Après une introduction de Jim Dawson qui couvre la genése de l'entreprise et les nouveaux besoins, Lance Smith revient sur les annonces récentes de l'entreprise et notamment sur sa dernière innovation ioDrive Octal une carte PCI Express comme d'habitude sauf que celle-ci est la plus capacitive du marché avec 5,12To en double épaisseur, avec un débit incroyable de 6,2GB/s et une tonne d'IOPS puisque sa performance dépasse le million d'opérations par seconde. Dans le détail, 2 modèles existent, l'ioDrive Octal 2,56To et 5,12To. La première est de type Flash NAND SLC, délivre 6,2Go/s en lecture et 6,0GB/s en écriture pour une latence de 26 micro-seconde sur carte PCI Express x16 Gen2. Le second modèle est de type MLC pour le même débit en lecture de 6,2GB/s et de 4,4GB/s en écriture. Le produit est exceptionnel et unique sur le marché.
Fusion-io ioDrive Octal
Quelques jours auparavant, Fusion-io a lancé ioSphere, sa plateforme de surveillance, de contrôle, de reporting et d'administration des environnements à base de cartes Fusion-io. Conséquence naturelle de la large adoption des cartes flash et de leur distribution par nature, en effet les cartes embarquées suivent l'éclatement et le grand nombre de serveurs, la complexité de leur administration est apparue et l'adresser devenait un besoin évident. La société a donc envisagé un moyen pour centraliser leur gestion, ioManager est fourni avec toute carte et permet l'administration d'une simple carte, ioDirector couvre la partie multi-devices en temps-réel depuis une interface web.


La dernière annonce intégrée à celle d'ioSphere est fondamentale pour moi. Elle introduit directCache, c'est-à-dire la capacité pour une carte fusion-io d'être configurée et d'agir comme cache pour n'importe quelle unité de stockage couplée au serveur, quel que soit la nature de l'attachement: DAS ou SAN, FC ou IP. On dépasse ici le rôle immédiat de Tier 0 pour les applications très exigeantes en terme de performance pour pénétrer les environnements très capacitifs avec un volume de données très important en Tier 1 sur des supports disons plus classiques. Cette déclinaison du rôle des cartes Fusion-io devrait là aussi consolider les ventes et asseoir le leadership de la marque.

Lance Smith, COO, Fusion-io
Nous terminons par une séance de questions-réponses avec les executives présents où le groupe se lâche un peu. Dennis Wolf, CFO, nous révèle que Fusion-io consacre 24% de son revenu à la R&D, que 25% des ventes sont réalisées à l'International et que la marge dépasse les 50%. Que des données positives !! Avec des dizaines de milliers de cartes vendues, une reconnaissance unanime du milieu et des clients, un effectif à plus de 300 personnes, Fusion-io se place sur la rampe de lancement d'une IPO attendue de tous. Ce fut un super rendez-vous où nous sentons un dynamisme rare, une réelle innovation et volonté de changer le marché. Petite déception néanmoins, puisque Steve Wozniak, annoncé lors du montage de ce tour, a dû décliner pour cause de déplacement en Europe, nous avons donc reçu reçu un iPod dédicacé de Woz, un objet assez rare, notre collection n'existe donc qu'en 10 exemplaires. Merci à Fusion-io et Steve Wozniak pour cette séance très instructive.

3 comments :

Zigomar said...

Et ben ca c'est pas du marketing a la sauce cloud machin chose.

Bravo a eux. Ils repondent a une vraie demande des entreprises. Certe, le marché est restreint (quoique), mais ils sont tres tres fort sur ce segment.

Bravo, et continuez a faire des choses tout simplement utiles et performantes.

Zigomar said...

Tiens, un exemple d'emploi des equipements Fusion-io par exemple.

Je ne sais pas si SAP/HP/IBM vont supporter ce type de solution.

En tous cas, une idée concrete de "a quoi peuvent servir ces equipements".

http://www.lemondeinformatique.fr/actualites/lire-sap-lance-hana-sa-solution-d-analyse-haute-performance-32303.html

Ca change du "Cloud" a toutes les sauces :) :) :)

PS : On fait du cloud depuis plus de 10 ans, certe c'etait plus rustique avec moins de fonctionalites, mais bon : Web Access for ever :) :) :)

Philippe NICOLAS said...

Fusion-io est "oemisé" par HP, IBM et Dell notamment donc il n'y a pas de raison d'un non support.