Jul 12, 2009

Ibrix Cirrus, un nouveau type de nuage...

Le Déluge de données, la baisse des coûts au To mais pas la baisse globale des coûts de l'administration de l'infrastructure notamment de part la complexité grandissante de l'environnement, la multiplication des unités et l'ubiquité du Web2.0 font que le stockage est en plein renouveau et surtout le stockage orienté fichier est de loin le plus utilisé et diffusé. J'y reviendrai prochainement pour évoquer la mutation de ce segment. Reste à considérer comment adresser les quelques points cités ci-dessus ?  Certains l'abordent par l'optimisation de la capacité, la nouvelle Killer-App, mais pourquoi pas imaginer toute une série de services comme la sauvegarde, l'archivage, l'eDiscovery et même le stockage fichier distant bâtis sur une infrastructure externalisée, privée ou publique, ce que l'industrie a baptisé Cloud finalement. Le Cloud Storage est l'étape ultime de la virtualisation du stockage avec un découplage fort entre la donnée et sa localisation qui devient peu importante pour l'utilisateur. 
On connaît Ibrix (www.ibrix.com), un des leaders du scale-out NAS à évolutivité linéaire, très orienté HPC, média ou santé avec sa solution Fusion déclinée ici pour le Cloud Storage. Il s'agit donc d'offrir un mécanisme ouvert et universel d'accès distant différent des offres "classiques" comme ftp, WebDAV ou du pionnier Amazon S3. Ibrix Cirrus, lancé en octobre 2008 et fortement inspiré de ce dernier, est une couche logicielle de virtualisation fichier conforme à REST qui s'appuit sur http et l'infrastructure Fusion bien sûr. Le frontal http Cirrus expose les commandes http et les exécute comme commandes Fusion, rendant complétement transparent la structure "éclatée" de l'environnement de stockage constitué de segment servers. Cirrus introduit la notion de Collection qui regroupe les espaces de stockage et les consommateurs de ces espaces définis comme utilisateurs et groupes et contrôle la présentation et l'accès aux données grâce à une méthode de tag/label des metadata. Cirrus peut bénéficier d'Ibrix Continuous File Replication pour assurer la redondance et aggréger des sites Fusion différents et ainsi offrir une ubiquité et scalabilité géographique. On peut imaginer aussi des services plus sophistiqués dans l'infrastructure Fusion avec une hiérarchisation, un versioning et opter pour un transfert chiffré entre les clients Cirrus et les serveurs, le tout suivi par un reporting fin proposé par l'outil.
Une nouvelle illustration si besoin de l'importance du contenu ou de la donnée, la valeur vient de l'accès à cette information pas du contenant, qui devient obsolète, que l'on doit migrer... tout ça devient le problème du fournisseur du service et non de la société utilisatrice dont ce n'est souvent pas le métier. Avec cette approche, Ibrix se positionne en face d'Amazon S3 comme complément parfait pour les opérateurs. La bataille s'annonce intéressante notamment face à ParaScale dont le message depuis quelques mois est exactement celui-ci.
Share:

0 commentaires: