Oct 23, 2013

Seagate frappe un grand coup avec Kinetic

Seagate Technology (www.seagate.com | NASD:STX), leader du stockage sur le segment des disques durs, annonce une rupture technologique avec Kinetic Open Storage Platform. De quoi s'agit-il ? D'une petite révolution, on savait que les disques avait un vrai souci à suivre la progression des mémoires et processeurs, et il fallait bien ce pas de géant. Déjà l'industrie a comblé une partie de son retard sur les autres segments grâce au Flash mais Kinetic est d'une autre nature, jouant sur l'interface et non plus sur l'intérieur de l'unité. Autrement dit, je conserve mes anciennes technologies disques mais je les adresse différemment pas pour un utilisateur mais pour un producteur de disques. Cette approche, comme nous allons le voir, se destine parfaitement à un usage Cloud où les unités sont présentes par milliers. Les gains annoncés sont importants tant sur le plan de la performance, de l'évolutivité et de la gestion des données tout en offrant un TCO très attractif.
Rentrons dans le détail. L'unité élémentaire est un disque qui se connecte directement en IP et donc fait table rase des couches complexes et multiples au-dessus côté serveur engendrant les fameux goulots d'étranglements. En fait, jusqu'à cette approche, l'OS gérait les disques de la même façon avec ou non un système de fichier sur les partitions et éventuellement un gestionnaire de volumes. Les optimisations étaient donc toujours externes et limitées. Seagate a radicalement changé le modèle en optant pour une nouvelle interface disque. L'interface expose une API Key/Value de bas niveau assez optimisée connecté directement en Ethernet qui permet de traiter le disque et les données stockées comme un simple tableau à 2 entrées donc à priori hyper rapide. C'est donc nativement un mode objet, notons que l'API n'est pas encore open source mais devrait le devenir. Les langages supportés sont C/C++, Java, Python et Erlang. Il sera donc possible de tirer parti des modèle scale-out avec un vraie linéarité des charges. La première génération de Kinetic possède les caractéristiques suivantes:
  • Disque 3,5" de 4To à 5900RPM,
  • 2 ports 1GbE,
  • Base KV interne (désolé je ne peux pas la révéler) à chaque disque avec 4kB pour la Key et 1MB max pour la Value,
  • P2P Copy pour effectuer des fonctions entre unités Kinetic (Get et Put),
  • Réplication en mode Pipeline,
  • Fonction GetKeyList() pour lister les clefs par unités.


Les partenaires potentiels sont invités à s'inscrire au programme et valider leur solution sur le simulateur. La solution encore à l'état de prototype devrait être prête d'ici l'été 2014. 2015 devrait voir venir les unités SSD et Spin Down sans rien changer au modèle. A ce jour seuls 2 acteurs ont validé leur solution sur Kinetic, Basho avec Riak et SwiftStack pour OpenStack Swift. D'autres suivront, j'en suis certain...
Share:

0 commentaires: