ITPT

24 juillet 2014

Infinio recrute une pointure

Infinio (www.infinio.com), développeur de la solution de cache pour VMware Infinio Accelerator, annonce le recrutement de Scott Davis en tant que CTO, il a été CTO de la division end-user computing chez VMware.

23 juillet 2014

OpenStack fête ses 4 ans

4 ans et oui déjà. C'est à la fois long et très court et pourtant la notoriété de l'initiative OpenStack (www.openstack.org) est forte, très forte. Je me souviens avoir rencontré Rackspace et Piston Cloud en Novembre 2011, nous sentions et anticipions la montée en puissance et à la fois, c'était les balbutiements. Que de chemins parcourus.
Les différents Summit sont là pour en témoigner, chaque édition - 2 fois par an - rencontre un succès grandissant avec toujours plus de participants, sessions et sponsors. C'est dire que le mouvement est d'une forte amplitude, je le considère même comme le Tsunami IT que l'on distingue au loin mais qui se rapproche très vite avec les effets que l'on connait. J'y vois donc une remise à plat des compteurs du Data Center faisant entrer les acteurs au sens faiseurs et utilisateurs dans un nouveau monde.
La mission d'OpenStack est assez claire avec le but simple et ambitieux de devenir le système opérationnel de contrôle des entités de calcul, stockage et autres ressources réseaux du Data Center. OpenStack a déjà délivré 9 releases - la dernière étant Icehouse - et la prochaine, la 10ème - Juno - sera présentée à Paris en Novembre lors du prochain Summit. Plus de 10 projets existent à différents niveau de maturité qui couvrent bien sûr les parties classiques comme les ressources de calcul, storage et réseau mais aussi des sujets comme le stockage objet, la télémétrie, un service d'identité, d'image système, de tableau de bord ou de base de données... tout ça très orienté API universelle. L'autre atout mise en avant depuis quelques mois est le Marketplace qui peut se définir comme étant l'écosystème OpenStack où l'on retrouve les membres qui offrent, seuls ou à plusieurs, des solutions compatibles ou dédiées OpenStack. Coté Fondation, elle couvre aujourd'hui 140 pays pour près de 18000 contributeurs individuels et près de 400 sociétés membres. Parmi eux, nous retrouvons bien sûr les grands acteurs informatiques mais aussi de grands utilisateurs qui se souhaitent contribuer au futur du Data Center, faire entendre leur voix et influencer les directions technologiques de l'industrie pour efficace leurs activités. On remarquera l'absence de Microsoft dans un écosystème où l'ensemble de la planète IT est présente symbolisant s'il le fallait le conflit permanent entre une approche propriétaire et un monde ouvert, très évolutif, communautaire, en constante ébullition pour le bien de ses membres et des utilisateurs. Un modèle du genre quand on voit comment les sommets sont organisés, les parties développements purs et les projets, tout ça montre une grande maturité et un grand professionnalisme. Rendez-vous à Paris début Novembre, cette édition sera mémorable...


18 juillet 2014

Server SAN, trop de restrictions

Chaque analyste continue de créer son language et définit sa propre segmentation. Jusque là rien à redire, c'est de bonnes guerres, trouver un angle différenciant demeure ce que recherche les clients de ces cabinets. La dernière illustration en date est celle de Wikibon, pas vraiment un analyst en plus, qui martèle son nouveau credo Server SAN. A regarder de plus près on constate que ce n'est ni plus ni moins que du SDS limité au mode bloc. L'idée reste simple: transformer un rack de serveurs en large pool de stockage grâce à une unification contrôlée par une couche logicielle spécifique. On parle alors par design d'un mode Scale-Out et il est ensuite exposé aux applications en mode fichier, bloc ou objet ou plusieurs à la fois. On comprend donc que le Server SAN n'est qu'un sous ensemble c-est-à-dire du Block SDS. Tout ça pour ça...

16 juillet 2014

Changement de patron chez Atlantis

Atlantis Computing (www.atlantiscomputing.com), éditeur leader en VDI et plus récemment pour la partie serveur avec ILIO USX ou ILIO pour vSAN, change son CEO. Surprise chez Atlantis puisque Bernard Harguindeguy, President et CEO, quitte son poste remplacé par Jason Donahue. C'est un peu contre le cours des choses puisque le track record de Bernard semblait excellent avec un H1 en trombe, 80% de croissance sur les 12 derniers mois.
Pour ceux qui se souviennent Jason Donahue a été patron de plusieurs sociétés, parmi elles Ejasent vendu à Veritas (UpScale et MicroMeasure), Meiosys vendu à IBM ou ClearApp à Oracle, donc toujours des grosses cibles mais il a aussi introduit en bourse Apptix et dirigé Acronis. Est-ce à dire que nous pouvons nous attendre à une belle news pour Atlantis, c'est bien probable, une IPO serait une idée sur 2015 ou alors une autre sortie tout aussi satisfaisante vue leurs accords...
On verra bien, ce qui est sûr c'est qu'une ère nouvelle s'ouvre chez Atlantis dans une dynamique de marché très active côté stockage VM à 5 semaines de VMworld où les annonces se préparent... Parmi les concurrents qui pointent citons PernixData ou Infinio, Virtunet Systems ou des approches convergentes comme Nutanix, SimpliVity voire Scale Computing ou Maxta sans oublié vSAN. L'été sera chaud...

14 juillet 2014

Infinio, un cache simple et efficace pour booster VMware

Infinio (www.infinio.com), rencontrée lors de la dernière édition de l'IT Press Tour, adresse les défis de la performance du stockage dans les environnements VMware. Fondée en 2011, l'entreprise est basée à Cambridge près de Boston et emploie aujourd'hui presque 50 personnes. L'idée d'Infinio et de fournir une solution purement logiciel pour accélérer le stockage grâce à une approche dite content-based.
Les VMs se multiplient et la performance se dégrade alors comment résoudre ce problème lorsque les clusters hébergent de plus en plus de VMs ? Infinio a choisi historiquement le monde VMware qui représente la plus grand base installée. Le produit Infinio Accelerator est actif quand les datastores ESX sont basés sur NFS. Il utilise 2 vCPUs et une petite partie de la RAM de chaque chassis - 8Go en fait - et pas de Flash comme les autres solutions et effectue une déduplication temps-réel sur le contenu. La philosophie du produit est de proposer un mode de read cache et non en write cache où le comportement est alors plutôt en write through. Le produit s'installe en production sans interruption et tous les VM Infinio communiquent ensemble pour fournir un cache global horizontal entre tous les hyperviseurs. Les résultats sont immédiats avec un gain de 10x en temps de réponse, une chute drastique des IO vers les unités de stockages. Le produit a été créé pour répondre à une problématique serveur mais 1/3 de la base installée l'utilise aussi pour les services VDI comme XenDesktop et Horizon View. Côté tarif, le produit est économique et ne coûte que 499$/socket et par an.
A tester de toute urgence, le produit se teste gratuitement et peut télécharger ici. Et pour découvrir Infinio, l'éditeur sera à Barcelone donc passer les voir.

08 juillet 2014

Scality confirme

Scality (www.scality.com), éditeur d'une solution SDS, confirme son accélération et sa pénétration de marché sous l'impulsion d'Erwan Menard arrivé en tout début d'année 2014. Côté organisation, l'effectif se monte à plus de 80 personnes, doublé depuis les 12 derniers mois, avec quelques bonnes recrues à des postes clefs. De nouveaux accords et validations technologiques ont été également réalisés avec notamment les unités de stockage Ethernet Seagate Kinetic et le support d'OpenStack Swift et Cinder démontré lors du dernier OpenStack Summit à Atlanta. Scality confirme son adoption au travers de 9 cas d'usages qui permettent une pris en mai plus rapide.Citons 2 clients connus et représentatifs de la progression de Scality: Los Alamos National Laboratory et Dailymotion.
Le premier, souvent nommé LANL, est un projet d'archivage actif long terme pour les expériences nucléaires pour un volume qui devrait à terme se situer entre 200 et 500PB !! un demi ExaByte, vous avez bien lu. Ce projet qui doit vivre sur une longue période de temps favorise le choix d'une technologie logicielle indépendante de tout socle matériel. L'autre point concerne les méthodes d'accès, fichier ou REST/http, qui apporte une souplesse d'intégration et d'accès. Le dernier point couvre la protection de données à base d'Erasure Code pour éviter le surcoût matériel tout en maintenant une très bonne durabilité, de l'ordre de 15 x 9.
Le second est plus proche avec un projet de service Vidéo en ligne pour le grand public chez Dailymotion, concurrent numéro derrière Youtube. Le volume est ici plus réduit mais de l'ordre de 9PB raw pour 7PB utile donc en protection à base d'Erasure Code, déployés sur des serveurs standards HP SL45xx. Isilon déjà présent chez Dailymotion a été devancé pour des raisons de flexibilité matérielle, de méthodes d'accès standards et complètes favorisant l'intégration fine avec les applications et de performances. Dailymotion société française utilise donc une technologie d'origine française.
Et pour finir, Scality annonce la version 4.3 avec quelques axes clefs:
  • Une performance encore améliorée en mode fichier grâce à la mise en place en autres du read-ahead et des opérations asynchrones sur répertoires,
  • Des modes de redondance plus complet avec le cluster cible pouvant être aussi en Erasure Code, tout ça en réplication objet entre clusters, et bien sûr toujours GeoSync pour la copie distante en mode fichier au niveau connecteur,
  • Des mécanismes de sécurité et d'accès étendus avec un Lock Manager, Kerberos et les quotas pour NFS et SOFS, le système de fichiers Scality,
  • Une nouvelle console intuitive,
  • Le support OpenStack avec Cinder, validée depuis Grizzly en Avril 2013, et plus récemment Swift,
  • Le support officiel des disques Kinetic de Seagate pour être prêt dès leur diffusion officielle.
Nous basculons dans le second trimestre 2014 et Scality est encore plus fort our aborder cette période sur les chapeaux de roues...

17 juin 2014

La bataille du PCI Flash

SanDisk (www.sandisk.com | NASD:SNDK), un des leaders du stockage Flash, se paie Fusion-io pour 1.1B$ en cash. Belle prise qui assure à SanDisk un positionnement assez unique. Pour rappel, SanDisk s'est offert Pliant en Mai 2011, FlashSoft en Février 2012, Schooner Information Technology en Juin 2012 et Smart Storage Systems en Juillet 2013. Sans compter les investissements au travers de SanDisk Ventures dans Whiptail depuis repris par Cisco mais 3 autres qui continuent: Nexenta, Tegile et Panzura. On se souvient que Fusion-io avait acquis NexGen en Avril 2013 qui arrive aussi au catalogue SanDisk.
Avec Fusion-io, SanDisk se procure une base installée importante, une R&D et une qualité produit reconnue. SanDisk, reconnue pour un vrai savoir faire et une capacité de production importante, va donc tenter d'inonder le marché avec un meilleur prix et positionnement. Maintenant le contexte est dynamique avec les autres mouvements récents sur le front du Flash PCI:
  • Violin Memory s'est recentré et a vendu pour 23M$ son activité Flash PCIe à SK Hynix en Mai dernier,
  • WDC avait quant à elle intégré HGST en Août 2012 pour y associer sTec en Septembre 2013 et Virident en Octobre 2013.
  • En retard sur WDC pour la partie FlashPCI, Seagate a repris à Avago les 2 divisions issues de LSI avec toute la gamme SandForce.
La fin 2014 et 2015 vont être remuantes avec SK Hynix, SanDisk, Seagate et WDC qui vont se livrer un belle bataille. A suivre.

11 juin 2014

Infinidat, la nouvelle aventure de Moshe Yanai

Infinidat (www.infinidat.com), fournisseur alternatif de stockage d'entreprise, fait un pas de plus avec la signature de quelques deals de plusieurs PB en France chez des opérateurs. La nouvelle aventure de Moshe Yanai, déjà évoquée en Janvier dernier, développe 2 produits, un premier orienté bloc et un second orienté fichier. Le premier produit, l'InfiniBox F6000, est une baie bloc avec connection FC, iSCSI et InfiniBand de capacité 1.92PB raw pour un rack 42U embarquant 16 connecteurs SAS délivrant plus de 9GB/sec et plus de 500 000 IOPS pour 480 disques. La baie propose 8 unités 4U de 60 disques de 4TB chacun soit 8 x 60 x 4TB = 1920TB au total. En terme de contrôleurs, 3 noeuds tous actifs simultanément avec chacun au minimum 384GB de mémoire et 8 ports FC à 8Gb/s. L'entreprise a développé des mécanismes sophistiqués notamment de protection de données avec InfiniRAID qui permet une reconstruction extrêmement rapide et InfiniSnap ou InfiniClone sans impact sur le service de données pour les applications.
InfiniRAID utilise des groupes de 16 disques (14 de data + 2 de protection) même si l'ensemble des écritures se fait sur une distribution sur les 480 disques par chunks de 64kB. La baie embarque 12 disques de spares dits virtuels pour couvrir l'espace mais non physiquement alignés. La répartition sur les 480 disques et la considération de ces 12 spares virtuels permettent une reconstruction en moins de 15 minutes pour 4TB. Le nombre de volumes, la taille d'un volume et le nombre de hosts est indiqué comme illimité de quoi voir venir. En terme de protection au-delà de la baie, la solution s'appuie sur une solution externe sur IP en mode asynchrone et qui finalement indique que la solution est très bonne localement mais moins bonne en mode multi-sites. Les autres intérêts viennent de la connectivité ouverte avec le choix du protocole et une consommation énergétique efficace. Pas des plus denses mais pas mal quand même, mais rapide et fonctionnellement avancée et surtout économique avec un prix agressif, tout est compris.
Le second produit est un NAS haut de gamme, l'IZBox G3000, qui se base sur le même rack 42U à 1.92PB raw avec 2 noeuds pour un débit de plus de 3.5GB/s en mode NFS (v3) ou SMB/CIFS. Pour améliorer les performances, 8TB de cache sur SSD sont intégrés. Chaque noeud possède 384GB de mémoire et 4 ports 10GbE. La compression peut-être activée pour augmenter la capacité utile.
Et puis la super idée comme Coho Data et quelques autres est d'offrir toutes les fonctionnalités pour le même prix et sans licence à tiroir. Tout est dedans et la comparaison avec les grands faiseurs est donc rapide et avantageuse sans avoir besoin de faire un TCO poussé ou du discount artificiel. Le démo center en Israël permet de toucher plus de 100PB, de quoi anticiper faire un POC grandeur nature si besoin. Encore une fois, pas de déduplication et le multi-baie est limitée sinon les produits sont bien nés. Bravo.

06 juin 2014

SDS, commodity HW et HW agnostic

Buzzword mais avec le bon côté de définir une nouvelle vague technologique réelle pour l'entreprise, le SDS ou Software-Defined Storage s'inscrit dans la vague du SDN - Software-Defined Networking - introduit par Nicira quelques temps avant son acquisition par VMware l'été 2012. Vous vous en souvenez peut-être mais le 8éme IT Press Tour avait visité Nicira en Mars 2012 quelques mois avant ce rapprochement. Depuis le SDx a fait du chemin repris par tous les acteurs dans différents secteurs.
Le point fort du SDx est la considération d'un matériel très standard et ouvert de sorte que l'utilisateur puisse réellement choisir et retenir le modèle et la marque de son choix. Cette approche dit HW agnostic couvre son petit frère, le Commodity HW. En effet, certaines offres du marché sont délivrées sur du matériel standard mais uniquement fournis par le vendeur pour différentes raisons de simplicité de déploiement, facilité de vente, assurance de performances... que des bonnes raisons qui justifient le modèle Appliance. Mais le SDx va au-delà s'affranchissant de cette restriction physique, le SDx est synonyme de liberté.
Côté stockage, le SDS signifie l'étape ultime qui consiste à constituer une infrastructure de stockage à base de serveurs de son choix, la différence étant apportée par le logiciel lui-même. L'idée est donc de faire du Stockage à partir de Serveurs, autrement dit transformer des racks de serveurs en pool de stockage. Fini donc les offres propriétaires, coûteuses et difficile à faire évoluer... nous comprenons les difficultés des vendeurs de périphériques incapables d'offrir des solutions dans ce domaine par absence d'offres serveurs...

04 juin 2014

Dream Team chez Scality

Scality (www.scality.com), leader des infrastructures de stockage pour les environnements exigeants, continue son développement. Depuis Octobre 2011, date où j'ai rejoins Scality, il s'en est passé des choses. La société est devenue extrêmement visible, enviée et attirante à tout point de vue: plus de projets et un effectif en forte croissance, la société a doublé sur 2013. Et puis, les équipes s'étoffent, d'un petit groupe dense et très actif, les répartitions nouvelles se déclarent. Couvrant 3 jobs depuis mon arrivée - Product Management, Product Marketing et l'initiative et la gestion du programme partenaires logiciels - je me recentre bien volontiers sur un nombre plus limitées et réalistes d'actions liées à l'industrie et je demeure l'homme du marché, comme d'habitude...
Scality a dorénavant une équipe de choc que nombres d'acteurs rêverait d'avoir, on appelle ça la Dream Team du Stockage:
  • Tom Leyden, the Product Marketing Machine, passé par Amplidata et DDN,
  • Leo Leung, the Corporate Marketing Expert, venant tout droit d'Oxygen Cloud et auparavant d'EMC,
  • Paul Speciale, the Product Management Mentor, qui a drivé la partie produit d'Amplidata et
  • votre serviteur qui reste le Market Man.
La seconde partie de 2014 sera à surveiller de près chez Scality, restez à l'écoute, ça va booster...